Image-JokChirac-Volume-Presente 450x600
Image-JokChirac-Volume-Presente 450x600

   

Après avoir vécu un premier chapitre collectif incarné par la Mafia Zeutrei dont il partage les rangs et les charts avec des comparses du XIIIème arrondissement de Paris, le charismatique Jok’air aussi bon en rap qu’en chant, a su s’imposer dans un environnement où les codes sont longtemps restés fermés.

Nourri aux films de John Travolta qui brillait sous les traits de Dany Zouko dans Grease ou Tony Maneiro dans La fièvre du samedi soir, Jok’air a toujours rêvé de culture américaine et de fusion musicale. C’est bel et bien cet univers qui ressurgit dans le deuxième opus de cet enfant élevé à Michael Jackson, Police ou les Bee Gees. Un virage résolument lover et dansant, inspire des années 70, quand la musique passait doucement du rock au disco. Une progression similaire à celle présente sur Jok’Travolta dont les orchestrations live se mettent au service d’un rap toujours plus brut et plus pur. Accompagné d’un escadron de featurings aussi éclectique que prestigieux (Sadek, Alonzo, Yseult, Chilla…), Jok’Air prouve une fois de plus sa place unique dans le paysage rap français.

JOK'AIR

Vendredi 02 octobre 2020, 20h Le 106 Rouen

PLACEMENT : LIBRE DEBOUT
TARIF : 24,80 €
TARIF CE : 22 €

Le concert de JOK’AIR, initialement prévu le 24 Avril 2020 à ROUEN Le 106, est reporté au vendredi 02 Octobre 2020 ( MÊME SALLE, MÊME HEURE ).

Cette décision fait suite au confinement imposé par les autorités face à la pandémie au COVID-19 (dit Coronavirus ) et à l’incertitude quant à la fin annoncée de cette période.

Les billets achetés pour la date du 24 Avril 2020 restent valables pour cette nouvelle date.

Si toutefois vous ne pouvez assister à la date de report, nous vous invitons à vous rapprocher de votre point de vente afin d’en obtenir le remboursement et ce avant le 24 Juillet 2020.

Après avoir vécu un premier chapitre collectif incarné par la Mafia Zeutrei dont il partage les rangs et les charts avec des comparses du XIIIème arrondissement de Paris, le charismatique Jok’air aussi bon en rap qu’en chant, a su s’imposer dans un environnement où les codes sont longtemps restés fermés.

Nourri aux films de John Travolta qui brillait sous les traits de Dany Zouko dans Grease ou Tony Maneiro dans La fièvre du samedi soir, Jok’air a toujours rêvé de culture américaine et de fusion musicale. C’est bel et bien cet univers qui ressurgit dans le deuxième opus de cet enfant élevé à Michael Jackson, Police ou les Bee Gees. Un virage résolument lover et dansant, inspire des années 70, quand la musique passait doucement du rock au disco. Une progression similaire à celle présente sur Jok’Travolta dont les orchestrations live se mettent au service d’un rap toujours plus brut et plus pur. Accompagné d’un escadron de featurings aussi éclectique que prestigieux (Sadek, Alonzo, Yseult, Chilla…), Jok’Air prouve une fois de plus sa place unique dans le paysage rap français.

#